Mont Grand-Fonds, le secret bien gardé de Charlevoix

Classé dans : Amériques, Snowboard | 0

Ce n’est pas nous qui le disons, mais la station Mont Grand-Fonds elle-même qui se définit comme le secret encore trop bien gardé de la région de Charlevoix et on approuve. Jen et moi nous y sommes rendues au début du mois de décembre pour notre première ride de la saison. OMG! Je ne connaissais pas du toute cette montagne avant que Jen me taggue sur une de leurs publications Facebook indiquant que la région avait déjà reçu quelque 140 cm de neige. 140 CM DE NEIGE! Juste à y repenser, je m’emballe de nouveau. On a donc repris notre attitude YOLO et on s’est planifiées un trip de dernière minute dans Charlevoix pour aller s’amuser dans cette belle poudreuse.

Un début de saison magique

Sérieusement, nous n’aurions pas pu mieux commencer la saison qu’à jouer dans 140 cm de neige (ok je vais arrêter de le répéter…), à zigzaguer entre les conifères. L’attrait principal de cette montagne est certainement le versant du Lynx dont les sous-bois représentent un beau défi, surtout en début de saison alors que nos muscles sont encore rouillés. Nous étions donc à la billetterie dès l’ouverture, vers 10 h, prête à profiter au maximum de cette belle journée qui s’offrait à nous. Ciel bleu azur, neige abondante et aucune attente au remonte-pente, nous n’aurions pas pu demander mieux. Il faut croire que les adeptes de sports de glisse n’étaient pas prêts pour un début de saison aussi hâtif. À nous la montagne!

De la poudreuse à volonté

Nous avons débuté notre journée par une piste damée, question de se remettre un peu dans le bain. Cette première descente était super, nos planches mordaient bien dans la neige, mais nous étions impatientes de découvrir les sous-bois du versant du Lynx. On s’y est donc dirigées dès notre deuxième remontée. De la belle neige fraîche nous attendait dans la piste Le mur, située à l’extrémité ouest de la montagne. La vidéo vue sur la page Facebook de la station était fidèle à ce qui s’offrait à nous : une belle descente dans la neige folle à travers les conifères. Les conditions étaient telles qu’annoncées, et ce, dans toutes les pistes que nous avons dévalées. On aurait jamais cru pouvoir trouver autant de neige si tôt en décembre. Il faut normalement attendre février ou mars pour s’amuser autant dans les sous-bois. Certains endroits n’étaient même pas tracés, ce qui procure ce petit feeling enivrant d’être les premières à y surfer. Le fond – comme on l’appelle – n’étant pas tout à fait compacté, il fallait faire preuve de vigilance quant aux possibles roches à découvert et grosses branches que nous pouvions croiser lors de nos descentes dans les bois. Nous avons descendu deux ou trois fois dans les bois avant de s’arrêter pour une pause dîner plus que méritée. Le chalet principal, qui a récemment été rénové, est accueillant et suffisamment spacieux. Celles qui n’en peuvent plus des burgers, hot-dogs et poutines qu’on retrouve typiquement dans les cafétérias des stations de ski pourront s’offrir un menu du jour, beaucoup plus équilibré et complet. Une fois rassasiées, on est retournées sur les pistes afin d’en profiter au maximum. L’après-midi s’est déroulé en alternance entre les sous-bois du versant du Lynx et les pistes damées qui nous permettaient de prendre du soleil, de descendre à plus vive allure et de reposer un peu nos cuisses. Il faut dire qu’on a mis nos muscles à rude épreuve avec cette journée dans les bois. On a terminé notre journée vers 16 h complètement épuisées, mais surtout charmées par cette montagne de l’arrière-pays.

Mont Grand-Fonds, une station à découvrir

Avantagé par sa proximité avec le fleuve Saint-Laurent, le Mont Grand-Fonds dispose de conditions d’enneigement exceptionnelles. Une moyenne annuelle de 500 cm d’accumulation. Proposant 335 mètres de dénivelé, un parc à neige et 20 pistes et sous-bois allant du niveau débutant à expert, tous les types de skieurs et planchistes pourront s’y amuser. Le versant du Lynx, du côté nord-ouest de la montagne, offre un beau terrain de jeu pour les adeptes de hors piste avec 8 hectares de sous-bois et de clairières répartis sur cinq forêts. On peut également faire l’ascension en peau ou en raquette par La Paddy, le sentier aménagé spécialement pour l’ascension, ou utiliser le remonte-pente. Il faut aussi prévoir une petite marche sur plus ou moins 400 mètres au bas de la piste pour rejoindre le chalet principal. C’est vraiment l’endroit qu’on a préféré. Parfait pour les journées froides où il faut travailler fort pour se réchauffer!

Les foodies seront également ravis, puisque le bistro Food Shack, situé au sommet de la montagne, offre, durant le week-end, un menu de produits régionaux concocté par le chef Jérémie Al-Simaani Goulet. Et puis, la région de La Malbaie regorge de charmants restaurants et bistros où il fait bon casser la croûte après une journée de plein air. Décidément, il faut y passer le week-end.

Psitt! Le site web du Mont Grand-Fonds annonce maintenant un cumulatif de 380 cm de neige parfaite. On y retourne?

Bon à savoir

Dénivelé : 335 mètres

Nombres de pistes : 20 (incluant les sous-bois)

Hors piste disponible : Oui

Comment s’y rendre : Depuis La Malbaie, rejoignez la 138 ouest. Tournez à gauche sur le chemin de la Vallée, puis à droite sur le chemin des Loisirs. La montagne est située à environ 14 km de La Malbaie.

Tarifs : 37,40 $ pour un billet journalier au tarif étudiant (18 à 25 ans) ou 48,27 $ au prix régulier

Suivre Mélissa Archambault:

À la fois amoureuse de Montréal et de la nature, Mélissa profite de ses temps libres l’hiver pour aller dévaler les pistes en planche à neige. L’été, elle empoigne son vélo toujours à la recherche des plus belles routes à parcourir. De temps en temps, elle essaie de se tenir sur une vague lors d’un voyage ou de maintenir quelques postures de yoga en aspirant à plus de zénitude. Curieuse depuis toujours,elle se plaît à découvrir les meilleurs restaurants et bars des endroits où elle pose les pieds. Pour Mélissa, la culture locale n’a pas son égal et les nouveautés sont toujours à essayer. C’est sans prétention, avec humour et bonheur qu’elle vous partage ses découvertes, ses meilleurs coups (et probablement aussi les pires). Loin d’être une professionnelle en snow, vélo, surf ou une globe-trotter aguerrie, elle aspire simplement à vous partager ses passions pour la vie.

Laissez un commentaire