Nos 3 coups de coeur du Festival du film de montagne de Banff

Classé dans : Découvertes, Voyage | 0
Film Ruin and Rose. Tirée du Instagram de @Banffquébec

 

Bon, ça y est. Ça me prend encore! J’ai envie de tout lâcher et de partir explorer la planète en quête de défis à relever et de merveilles naturelles à admirer. Ma vie me semble presque banale et je me dis qu’il y a trop de grandes choses à accomplir dans ce monde pour rester derrière mon écran de 9 à 5. Je veux carburer à l’adrénaline, vivre la satisfaction grisante du dépassement de soi et assouvir mon goût pour l’aventure.

Je me confesse. J’ai encore assisté à la tournée québécoise du Festival du film de montagne de Banff (FFMB) et même si c’était la 3e année consécutive, cet événement a le don de soulever les passions chez moi. Chez vous aussi, je suis certaine. Difficile de faire autrement lorsqu’on visionne 10 courts-métrages durant lesquels des athlètes incroyables réalisent des prouesses à couper le souffle en ski, en vélo, en surf ou en escalade.

Au total, 327 films ont été soumis au prestigieux jury du Banff Mountain Film Festival et une centaine seulement ont été retenus pour être présentés au grand public. De ce nombre, le pendant québécois du festival s’est chargé de sélectionner 10 films et de partir en tournée dans notre belle province afin de faire rêver les aventuriers en herbe que nous sommes.

Mély et moi avons assisté à la représentation de Longueuil au début de la semaine, mais la tournée se promène vraiment partout à travers le Québec. Les représentations dans la grande région de Montréal sont déjà passées, mais une quinzaine de représentations en région sont encore à l’affiche. Il y a aura même une représentation spéciale pour la première fois au Nunavik cette année!

Pour vous convaincre de vivre l’expérience du FFMB, voici nos 3 films coups de coeur de la soirée!

#3 : Ace and the Desert Dog

Le Desert Dawg. Tirée du Instagram de @Banffquebec

 

Un homme et son meilleur ami….. difficile de ne pas tomber en amour avec cette bête à quatre pattes et son maître des plus attachants. Ace and the Desert Dog raconte l’histoire du photographe Ace Kvale et de son fidèle Genghis Khan qui entreprennent une randonnée de 60 jours pour le 60e anniversaire d’Ace. Résidant au coeur des canyons de l’Utah, le duo effectue son périple dans sa cours arrière, comme se plaît à dire Ace. Ils partent à pied par la porte d’entrée et y reviennent 650 kilomètres plus tard, exténués.

Genghis vole la vedette dans ce court-métrage. Déjà une vedette – il est un bloggeur connu sous le nom du Desert Dawg – le chien livre ses impressions sur la très longue marche que lui fait prendre son maître. La séquence durant laquelle il explique que s’il devait faire un film de leur randonnée, il appellerait cela « Mange Marche Chie » (Eat, Walk, Poop) a fait exploser de rire toute la salle. C’est le genre de réflexions délicieuses qui parsèment le court-métrage et qui nous lient d’affection au duo.

En plus d’être rigolo, ce film est authentique. Ace raconte comment sa vie de photographe a fini par le faire sombrer vers la dépression et comment Genghis l’en a sauvé. Leur relation est tellement belle à regarder à l’écran. Ça fait du bien de voir que leur seule présence les illumine l’un et l’autre. C’est aussi réconfortant de constater que même à 60 ans, il est possible de réaliser des exploits et de garder une vie active.

#2 : Metronomic : France

Le batteur volant. Tirée du Instagram de @Banffquebec

 

En 3 années de présence au FFMB, c’était la première fois que je voyais un vidéo aussi éclaté et hors de l’ordinaire! Ça ne dure que 5 minutes, mais on en prendrait beaucoup plus. Gagnant du prix Best Film : Mountain Sport au festival cette année, Metronomic : France présente l’histoire d’un band, les Flying Frenchies, qui donne ses concerts suspendu à des centaines de pieds au-dessus des gorges du Verdon en France. C’est tout simplement hallucinant!

Le film s’ouvre sur le très sympathique batteur du groupe. Il nous explique que plus jeune, il ne rêvait pas de devenir pompier ou astronaute comme ses amis, mais bien batteur volant. Fou rire généralisé dans la salle à ce moment. Pour atteindre son but, il a donc commencé par devenir batteur, puis ensuite il est devenu volant. Aussi simple. Ce film est donc un mélange d’athlètes-artistes qui carburent à l’adrénaline, mais aussi à la bonne musique.

Tout est ultra rythmé et on ne cesse de se demander comment quelqu’un peut penser un jour à jouer de la musique attaché au bout d’une corde. J’ai le vertige juste à revoir la photo. Grâce aux GoPro attachées à leurs instruments, on voit vraiment le talent des membres du band; même lorsqu’ils sont catapultés dans le vide, leur son continue d’être impeccable. Les gars ont vraiment l’air de s’éclater et ça nous fait les aimer encore plus. Chapeau pour la créativité et l’originalité de ce film!

#1 : Sea Gypsies : The Far Side of the World

Tirée du site du Festival du film de montagne de Banff

 

Je ne sais pas si c’est parce que c’était le plus long film de la soirée (46 minutes) ou simplement parce que les vedettes sont en fait un bande de gars tellement délurés que ça les rend attachants, mais j’ai eu un gros coup de coeur pour ce court-métrage. Durant presque 1h, on vogue avec l’équipage du voilier Infinity sur le Pacifique vers l’Antarctique et la Patagonie où défilent des paysages incroyables, des situations rocambolesques et un crew de vagabonds. Ce périple représente 12 800 km d’esprit d’aventure et de liberté pour le capitaine et ses matelots.

Le terme gypsies est bien choisi, car tout au long du film, les membres de l’équipage nous expliquent tour à tour qu’ils n’ont aucune assurance pour leur voyage ou même la permission d’accoster en Antarctique, qu’ils ont dû couper sur le carburant faute d’argent ou encore qu’ils s’alimenteront presque exclusivement de nouilles Ramen durant des mois. Vous voyez le genre. N’empêche que leur aventure est tellement plus grande que toutes ces considérations matérielles. « Le sang, la sueur et l’huile à coude », voilà ce qui unit cette dizaine d’étrangers venus de tous les coins de la planète. Comme le dit Nico, le narrateur du film, à la fin de cette épopée, ils se connaissent tous davantage que bien des amis de longue date.

On s’attache rapidement à chacun des membres de l’équipage à cause de leur petit côté je m’en foutisme qui nous fait rêver et énormément rire. On s’émerveille de voir un groupe d’adulte jouer comme des enfants avec des trop mignons manchots et des phoques. On a aussi envie d’applaudir leur participation imprévue à une opération contre un baleinier japonais. Bref, rien n’est planifié et les gars se laissent guider au gré de leurs envies et des marées. C’est une très belle leçon de vie, et surtout, un excellent divertissement qui nous donne envie de partir à l’aventure à notre tour!

Bon à savoir

Représentations :  Pour connaître la liste des 23 villes visitées et les dates, cliquez ici.

Coût : 24,50$ taxes incluses. En vente en ligne ou à la porte.

Films :10 films pour une durée de 3h. Pour voir des extraits de tous les films, cliquez ici.

Merci au FFMB pour son invitation médias. 

Suivre Jennifer Blanchette:

Ex-journaliste toujours en quête de nouveaux récits, passionnée de plein air et aventurière dans l'âme. ---> « Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu'il se suffit à lui-même. On croit qu'on va faire un voyage, mais bientôt c' est le voyage qui vous fait, ou vous défait. » - Nicolas Bouvier

Laissez un commentaire