Restaurant Agrikol, les saveurs exotiques d’Haïti

Classé dans : Découvertes | 0

Depuis son ouverture en février dernier, le restaurant Agrikol figure en tête de liste des bonnes adresses que je souhaite découvrir à Montréal. Voilà que j’ai enfin pu mettre un check à côté de son nom! Je m’y suis rendue avec mon copain pour mon anniversaire, en octobre dernier. Comme il a eu l’occasion d’habiter en Haïti pendant un an dans le cadre de son travail, j’ai vu en lui le partenaire idéal pour m’initier à la cuisine des îles.

Une déco parfaitement éclectique, un brin kitsch 

En poussant les portes du vieux bâtiment en briques blanches qui abrite le Agrikol, rue Amherst, on est accueillis par la musique rythmée des îles, les éclats de rire des gens visiblement heureux d’être sur place et le décor absolument dépaysant de l’endroit. À droite, des feuillages peints sur un mur rose pâle, à gauche, le bar dont les tablettes, qui abritent une impressionnante collection de rhums, s’élèvent sur les deux deux étages du restaurant. Ici et là, du papier peint aux motifs floraux, des citations de poètes antillais et, sur le mur longeant l’escalier, une superbe fresque réalisée par Roland Jean, l’un des propriétaires de l’endroit. D’un seul coup, on se trouve plongés en plein coeur des Caraïbes. Un remède instantané contre le froid et la grisaille automnale!

C’est mardi soir et la place est bondée. Il reste deux sièges au bout du bar, près de l’entrée. Quand le style du restaurant le permet et que l’ambiance est plutôt cool, j’aime bien m’asseoir au bar. Ceci dit, comme nous aurions dû nous tasser un peu plus afin de laisser d’autres convives prendre place, nous avons plutôt opté pour la table à deux qui s’est libérée peu de temps après notre arrivée. Le mobilier est tout en simplicité, mais ça fonctionne. Posée sur la table en bois, une canne de lait de coco recyclée fait office de support pour les ustensiles et les serviettes de table.

Restaurant Agrikol

Une cuisine exotique sans flafla

Il est environ 20 h et l’ambiance est bien réchauffée; on croirait facilement qu’il s’agit d’un samedi soir. La musique joue à fond, peut-être un peu trop. Qu’importe, le rythme est bon et on se laisse emporter par la vibe. Comme je meurt de faim et que les odeurs alléchantes embaument l’air, on se hâte de commander. J’opte pour un cocktail exotique à base de rhum (of course!), de fruits de la passion, de noix de coco et de mandarine. Mon copain y va plutôt d’une APA (American Pale Ale) bien fraîche. Au menu : bananes plantains, accras de légumes, salade d’avocat, purée de maïs, poisson entier frit, poulet aux noix de cajou et une foule d’autres trucs qui me semblent tous aussi alléchants et intrigants les uns que les autres.

On décide finalement de prendre les accras et les bananes en entrée. Accompagnés d’une sauce à base de yogourt, les accras de légumes sont absolument délicieux. Moelleux, ils fondent en bouche. Les plantains, servis en espèce de galettes frites, sont bons, mais manquent un peu de saveur. La quantité est plus que généreuse; on en laisse donc un peu de côté en attendant le plat principal. Le repas se poursuit avec l’assiette de poisson frit à partager. Servi avec du riz et une purée d’épinards (enfin, je pense), ce plat est divin. Goûteux, riches en saveur, le poisson aurait été parfaitement apprêté s’il avait été un peu moins salé. Après s’être régalés, autant avec les entrées que le plat de résistance, on est plus que rassasiés.

 

Restaurant Agrikol

Je vais assurément retourner au Agrikol pour goûter aux autres plats principaux, notamment le poulet aux noix de cajou, et reprendre de délicieux accras aux légumes. Le coup de coeur de mon copain va quant à lui au vaste choix de rhums.

Psst! Agrikol, c’est aussi un bar situé dans le bâtiment tout juste à côté du restaurant. Ouvert du jeudi au dimanche, on y va pour se déhancher sur les rythmes endiablés de la musique caribéennes.

Bon à savoir

Adresse : 1884, rue Amherst (Village)

Prix : Entre 6 et 13 $, pour les entrées, et de 16 à 20 $, pour les plats principaux

On y va pour : l’ambiance, la bouffe sans chichi, mais riche en saveurs

On y retourne : Absolument et souvent

*Désolée pour l’horrible qualité de mes photos. Je n’ai pas osé mettre le flash sur mon iPhone et c’était assez sombre.

Suivre Mélissa Archambault:

À la fois amoureuse de Montréal et de la nature, Mélissa profite de ses temps libres l’hiver pour aller dévaler les pistes en planche à neige. L’été, elle empoigne son vélo toujours à la recherche des plus belles routes à parcourir. De temps en temps, elle essaie de se tenir sur une vague lors d’un voyage ou de maintenir quelques postures de yoga en aspirant à plus de zénitude. Curieuse depuis toujours,elle se plaît à découvrir les meilleurs restaurants et bars des endroits où elle pose les pieds. Pour Mélissa, la culture locale n’a pas son égal et les nouveautés sont toujours à essayer. C’est sans prétention, avec humour et bonheur qu’elle vous partage ses découvertes, ses meilleurs coups (et probablement aussi les pires). Loin d’être une professionnelle en snow, vélo, surf ou une globe-trotter aguerrie, elle aspire simplement à vous partager ses passions pour la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *