Voyage à vélo : 6 choses à considérer avant de partir

Classé dans : Vélo, Voyage | 2

Si vous planifiez un voyage à vélo, mieux vaut prendre en considération quelques petits trucs avant de vous lancer tête première dans l’aventure. Une certaine planification vous permettra d’apprécier davantage votre périple à vélo. Parole d’une fille qui a appris un peu à la dure, mais pas trop quand même!

Comme la planification ne fait pas partie de mes habitudes de voyage, j’ai appliqué mon laisser-aller habituel lors de cette première expédition cycliste. C’est donc un peu naïvement que mon copain et moi sommes partis à la découverte de Cuba. Cette belle grande île des Caraïbes compte plus de montagnes que je ne l’aurais cru. Bien que difficile, ce voyage fut super agréable, dépaysant et très formateur. J’ai retenu quelques leçons que je me fais le plaisir de vous partager.

Voyage à vélo - Vérifier la direction des vents

Vérifier la direction des vents

Me renseigner sur la direction des vents est bien la seule chose que j’ai fait avant de quitter pour mon voyage à vélo. Quelle sage décision! Rien de pire qu’un vent qui vous fouette en plein visage, vous donnant l’impression de faire du surplace. Malgré tout, il est fort probable que vous vous retrouviez face au vent au détour d’une route sinueuse ou dans les endroits plus à découvert. Dans ces moments, mieux vaut ralentir la cadence afin de préserver vos forces pour parcourir les kilomètres planifiés. Une position plus aérodynamique peut également être adoptée afin de limiter la barrière que notre corps créé face au vent. Vous conservez ainsi une vitesse plus constante.

Considérer les conditions météorologiques

Prenez soin de bien regarder les tendances météorologiques pour la période à laquelle vous prévoyez faire votre voyage. La pluie, une température trop fraiche ou, au contraire, le soleil cuisant et l’absence de toute brise d’air peuvent être incommodants. Pour avoir roulé durant plus de 20 jours à une température excédant les 30 °C, je peux affirmer que mon prochain voyage à vélo se fera à une période où le climat est plus tempéré, peu importe le prochain pays que je visiterai. Parcourir de longues distances dans une telle chaleur nécessite non seulement des vêtements et des produits appropriés (allô la crème solaire et l’aloès!), mais également une très bonne capacité physique.

Voyage à vélo - Étudier le relief de votre itinéraire

Étudier le relief de votre itinéraire

Comme je ne voulais pas m’équiper d’une nouvelle monture, j’ai pris l’avion pour Cuba avec mon vélo de route. Mon copain y avait installé un support et substitué les pneus habituels pour une paire un peu plus large avec une gomme plus épaisse. J’étais convaincue que les deux plateaux disponibles sur mon vélo et ma cassette m’offriraient une gamme de vitesses suffisamment large pour couvrir aisément le relief de Cuba. Première erreur ici! Je n’avais jamais roulé avec mon vélo chargé. La plus grosse pente à laquelle je m’étais attaquée jusqu’ici était la voie Camillien-Houde à Montréal. Pour celles qui ne connaissent pas, il s’agit d’une montée qui s’étire sur près de 2 km avec une inclinaison moyenne de 8 %. Cette route permet notamment d’accéder au belvédère du mont Royal.

Au pays du Che, j’ai dû franchir des dénivelés atteignant parfois 600 mètres avec des bagages oscillant autour de 12 kg. Ma préparation pour ce voyage à vélo était nettement insuffisante et mon choix de vélo plutôt inadéquat. Certaines portions de la Sierra Maestra et de la cordillère de Guaniguanico ont été parcourues à côté de ma monture. Pédaler m’était alors devenu impossible. Évaluer le relief de votre destination vous permettra de déterminer quel type de vélo conviendra le mieux.

S’informer sur l’état des routes et la densité de circulation

Après avoir étudié le relief de l’itinéraire prévu, il est important de s’attarder quelques instants à l’état des routes. Bien que l’on soit habitué à de nombreux – et parfois très impressionnants nids-de-poule (surtout à Montréal) -, les routes de certains pays peuvent être bien pires que celles du Québec. Il y a de quoi se consoler un peu! Vous pourrez vous éviter quelques crevaisons ou d’importants détours en vous renseignant sur l’état des routes. N’hésitez pas à demander conseils aux locaux et à d’autres touristes croisés sur votre chemin. La densité de circulation est également un facteur important lors du choix de votre itinéraire. Si vous êtes habitués au vélo urbain, les congestions, les klaxons et la conduite parfois douteuse de certains automobilistes ne vous dérouteront pas trop sur les grandes artères. Autrement, privilégiez les routes secondaires, plus tranquilles et généralement pittoresques.

Voyage à vélo - Calculer le poids total des bagages

Calculer le poids total de vos bagages

Tout ce que vous amenez avec vous, vous le trainerez sur tous les kilomètres que vous devrez parcourir. Même s’il fait chaud. Même si vous avez le derrière en compote. Même si vos jambes sont tellement raides qu’elles semblent s’être transformées en barres de fer. Tout, tout le temps. Constat fait, je suis partie avec beaucoup trop de vêtements, et ce, malgré les judicieux conseils de ma coloc. Je n’avais que deux sacoches, aucun équipement de camping et mon copain traînait la plupart des outils. J’ai donc trimballé près de 12 kg de vêtements durant trois semaines. Un luxe que j’ai amèrement regretté par la suite. Avant de quitter, assurez-vous de pouvoir supporter le poids de vos bagages combiné à celui du vélo et de votre corps. Sur le terrain, les facteurs vent et relief viennent d’autant plus compliquer cette équation.

Se renseigner sur l’accessibilité des biens, aliments et autres nécessités

Les différents accessoires de vélo peuvent s’avérer difficile à trouver dans certains pays. C’est notamment le cas pour Cuba qui, bien qu’il s’agisse d’une destination cycliste prisée, demeure un pays où les biens de consommation ne sont pas facilement accessibles. Vous amènerez sans doute plus de chambres à air si vous partez pour un voyage à vélo sur cette île caribéenne que pour un séjour en Virginie. Il faut donc prévoir des composantes de vélo supplémentaires au cas où un pépin surviendrait. Évitez toutefois de surcharger votre vélo.

Le principe s’applique également à la nourriture et l’eau qui peuvent se faire rare dans les contrées éloignées. Assurez-vous d’emporter suffisamment d’eau, surtout lorsque la distance à parcourir est très grande. Deux gourdes ne suffiront probablement pas; mieux vaut prévoir des bouteilles additionnelles qui pourront être transportées dans les sacoches de vélo. Faire le plein de collations nourrissantes est également un impératif avant de prendre la route. Vous pallierez ainsi à d’éventuelles baisses d’énergie.

Suivez-nous sur Bloglovin

Suivre Mélissa Archambault:

À la fois amoureuse de Montréal et de la nature, Mélissa profite de ses temps libres l’hiver pour aller dévaler les pistes en planche à neige. L’été, elle empoigne son vélo toujours à la recherche des plus belles routes à parcourir. De temps en temps, elle essaie de se tenir sur une vague lors d’un voyage ou de maintenir quelques postures de yoga en aspirant à plus de zénitude. Curieuse depuis toujours,elle se plaît à découvrir les meilleurs restaurants et bars des endroits où elle pose les pieds. Pour Mélissa, la culture locale n’a pas son égal et les nouveautés sont toujours à essayer. C’est sans prétention, avec humour et bonheur qu’elle vous partage ses découvertes, ses meilleurs coups (et probablement aussi les pires). Loin d’être une professionnelle en snow, vélo, surf ou une globe-trotter aguerrie, elle aspire simplement à vous partager ses passions pour la vie.

2 Responses

  1. Louise Latour

    Ma chère Mélissa je lis tes aventures sur ton site et je trouve cela très intéressant, je crois que c’est la seule façon dans savoir plus sur tes voyages. Merci de nous les partager, je te souhaite plein d’autres voyages aussi beaux les que les autres.

    • Mélissa Archambault

      Merci 🙂 Mais ça me fait quand même toujours plaisir d’en discuter en personne.

Laissez un commentaire