3 chutes d’eau isolées au Québec qui se méritent

Classé dans : Amériques, Randonnée, Voyage | 0

Les chutes d’eau, ça coule de source au Québec. Ce ne sont pas les rivières, les lacs et tous les autres plan d’eau qui manquent dans notre belle province. Malgré cette abondance, il reste encore quelques secrets hydrographiques bien gardés. Sans doute parce qu’il faut travailler un peu avant de pouvoir admirer ces puissants spectacles de la nature. Découvrez ces 3 magnifiques cascades plutôt isolées qui vous feront oublier tous les efforts déployés pour les rejoindre. Promis!
[Avec la COVID-19, les réouvertures des parcs se font graduellement. Assurez-vous de vérifier avec l’endroit avant de partir en escapade!]

1. Chutes Waber, Mauricie : kayak, rando, à l’eau!

Les chutes Waber, bien cachées à l’extrémité ouest du parc national de la Mauricie, sont celles qui exigent la meilleure forme physique pour les atteindre. Vous devrez d’abord pagayer 4,5 km de kayak puis marcher 3 km en forêt pour contempler cet attrait incontournable du parc. L’épuisant combo vous attendra aussi sur le chemin du retour donc prévoyez dédier votre journée à cette excitante aventure.

Ces cascades valent amplement les petites ampoules sur les pieds ou les mains que vous risquez de récolter au lendemain de votre excursion. Rendus sur place, vous tomberez face-à-face avec un puissant torrent qui s’écoule sur un immense escalier de pierres d’une trentaine de mètres de hauteur. C’est un peu irréel de déboucher sur ce spot grandiose alors qu’on a l’impression d’être au milieu de nul part.

Baignade dans les bassins

N’oubliez pas votre maillot de bain pour faire trempette dans les bassins à remous qui se trouvent au pied des chutes. L’eau est fraîche – ça demeure les rivières du Québec quand même – mais disons qu’après avoir bravé lac et sentier, une petite baignade est une récompense fort appréciée!

Si vous êtes plutôt du genre frileux, pas de souci. Demeurez au sec et étendez-vous comme un phoque au soleil sur les grandes roches lisses situées en bas de la chute. Le genre d’endroit parfait pour manger le pique-nique que vous aurez apporté… si les moustiques vous laisse deux secondes de répit.

J’y suis allée à la mi-juin et c’était in-fer-nal! Les hordes de maringouins nous ont pourchassé tout le long du sentier (j’ai jamais marché couru 3 km en si peu de temps). Le seul endroit où j’avais la paix était dans la chute, littéralement. Alors même si le mercure dépassait à peine les 20 °C, j’ai passé l’après-midi à me les geler dans un bassin d’eau glacée. C’est vous dire à quel point j’en pouvais plus des bibittes.

La traversée à la rame du lac Wapizagonke ajoute à cette expérience multi-sports déjà fort divertissante. Les paysages sont variés; vous pagayerez dans un sinueux marécage avant de déboucher sur une grande étendue d’eau parsemée d’îles au centre. Gare aux vents de face, ils rendent l’escapade un peu plus forçante.

Pourquoi on aime : le combo kayak/rando donne l’impression de faire une chasse au trésor à travers le parc. Il y a des étapes et des buts à franchir, et c’est bien excitant!
Pour louer son canoë/kayak : rendez-vous au centre de location Wapizagonke
Durée de l’activité : prévoyez 6-7h au total. Environ 3h de kayak, 1h de marche et 2h à vous amuser aux chutes!
Lieu : Parc national de la Mauricie, Saint-Mathieu-du-Parc, Mauricie
Distance : 3h de route depuis Montréal
Coûts : droits d’accès de 7,90$/jour/adulte + location de l’embarcation

2. Chute Windigo, Ferme-Neuve : glissade naturelle

Pas de piscine à la maison ? Sautez dans la voiture et partez en road trip au Parc régional Montagne du Diable pour vous rafraîchir dans la chute Windigo. Haute de 55 mètres, cette cascade est une véritable glissade d’eau naturelle. Selon nous, sa paroi toute lisse est en fait une invitation déguisée à venir la dévaler sur les fesses!

Même si nous sommes allées à deux reprises au parc, nous n’avons jamais eu la chance de nous râper les foufounes sur cet immense rocher mouillé. Mais bien franchement, ce n’était pas la tentation qui manquait. C’est un phénomène naturel assez inusité et rares sont les chutes d’eau au Québec qui nous permettent de réellement les dévaler comme dans les dessins animés.

Le parc Montagne du Diable se trouve dans une région souvent boudée par les touristes; les Hautes-Laurentides. Clairement, l’éloignement joue pour beaucoup; ce superbe terrain de jeu est situé à mi-chemin entre Montréal et Val d’Or, en Abitibi. Il faut rouler pendant plus d’une heure après Tremblant pour enfin atteindre la municipalité de Ferme-Neuve, laquelle abrite le parc.

Pour les plus téméraires

La chute Windigo est accessible en auto, mais si vous avez le goût de l’aventure, elle se rallie autant à pied qu’en kayak. Nous avons d’ailleurs testé les deux alternatives en les combinant dans un intense circuit réparti sur 3 jours.

Honnêtement, l’expérience a été incroyable, mais nous recommandons un bon niveau de forme physique et de débrouillardise à quiconque se lance dans cette expédition. Le Parc Montagne du Diable est loin d’être la Sépaq, donc c’est beaucoup moins aménagé – on ne s’en plaint pas! – et plus sauvage comme territoire.

Pourquoi on aime : avec sa paroi rocheuse toute lisse, la chute Windigo devient une glissade d’eau naturelle vraiment amusante. Gros coup de coeur pour ce parc méconnu et sa super équipe dynamique.
Durée de l’activité : prévoyez 1-2h sur place
Lieu : Parc régional Montagne du Diable, Ferme-Neuve, Hautes-Laurentides
Distance : 3h15 de route depuis Montréal
Coûts : droits d’accès de 6,96$/jour/adulte

3. Chute Manitou, Rivière-au-Tonnerre : idéale pour la distanciation sociale

Faire 1 000 km depuis Montréal pour aller admirer une chute ? Si c’est la chute Manitou, on dit oui! Isolée le long de la route 138 un peu après Sept-Îles, cette cascade de près de 40 mètres de hauteur vaut assurément le déplacement. Jamais je n’ai pu me retrouver aussi près d’une chute à si fort débit! Toute la force brute qui s’en dégage est à couper le souffle.

L’autre aspect génial avec la Côte-Nord, c’est que c’est très peu fréquenté, même durant les vacances. Vous avez donc accès à un immense territoire indompté juste pour vous et cette chute n’y fait pas exception! On a eu le même feeling lorsqu’on s’est aventurés en kayak sur la plus imposante rivière de la région. Tant qu’à être dans le coin, offrez-vous la tournée des meilleures activités de plein air.

Heureusement que l’entrée du sentier pour accéder à la chute Manitou se trouve dans une halte routière. Autrement, le principal attrait de Rivière-au-Tonnerre passerait sous le radar des rares visiteurs.

On accède à la chute en empruntant le sentier La chute, lequel s’étire sur un petit kilomètre. Ne vous fiez pas à sa longueur pour déterminer sa difficulté ou sa beauté. La piste jonchée de racines vous conduira d’abord à un belvédère permettant d’admirer les cascades en amont de la chute. Le courant est tellement fort que c’est impossible de rester au sec; la bruine virevolte dans tous les sens.

Puissance dévastatrice

La route pédestre traverse ensuite une mignonne plage de galets. Le genre d’endroit parfait pour la sieste au soleil avant d’attaquer le plat de résistance; une descente de 200 marches. Tous ces escaliers vous mèneront au pied de la chute Manitou, là où le spectacle est grandiose.

On débouche à l’endroit où la chute se déverse vigoureusement dans la rivière, créant un persistant nuage de gouttelettes. À gauche, un immense mur de roche est couvert de mousse verdâtre tandis qu’à droite, la chute Manitou gronde sans relâche. L’ambiance et le paysage y sont tellement particuliers. C’est le genre d’expérience qu’on doit vivre en personne.

En bravant les troncs d’arbres amassés au pied de la rivière, on peut facilement s’approcher à la droite de la chute. Une mini chute et un petit bassin y coulent suffisamment fort pour nous aider à réaliser la puissance dévastatrice de la chute principale. Le portrait est saisissant.

Une fois la tête et les yeux tout éblouis, on dirait que l’ascension des centaines de marches au retour devient moins pénible 🙂

Pourquoi on aime : rares sont les endroits au Québec où on peut être aussi proche d’une si puissante chute. Le spectacle au pied de la chute nous laisse sans mot.
Durée de l’activité : prévoyez 1-2h sur place
Lieu : halte routière de la chute Manitou, à Rivière-au-Tonnerre, Côte-Nord
Distance : 12h de route depuis Montréal
Coûts : droits d’accès de 3$

Suivre Jennifer Blanchette:

Journaliste toujours en quête de nouveaux récits, passionnée de plein air et aventurière dans l'âme. ---> « Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu'il se suffit à lui-même. On croit qu'on va faire un voyage, mais bientôt c' est le voyage qui vous fait, ou vous défait. » - Nicolas Bouvier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *